Marc Lepage

Artiste du numérique, Photographe, Vidéaste


La fascination que j’ai pour la création artistique a commencée lors d’une formation collégiale en arts, au Cégep de Sherbrooke, à laquelle j’ai enchaîné une formation en animation 3D, au Centre National d’Animation et de Design à Montréal. J’ai œuvré ensuite dans ce domaine pendant 12 ans, période durant laquelle j’ai peaufiné les techniques d’éclairage et de scénarisation, deux éléments clés que je continue de développer au sein de ma pratique artistique.

 

Je participe en 2009 à la Course Estrie comme réalisateur. Mes courts métrages remportent le prix INIS Émergence, en reconnaissance de la force du scénario, de l’originalité, de la maîtrise du langage cinématographique et de la cohérence de mes productions. En 2016, c’est en tant que photographe que je me vois récompensé : la ville de Rimouski me décerne le Prix coup de cœur Léonard Parent pour la qualité de mes œuvres, de ma production, de ma démarche artistique et du rayonnement de mon travail.

 

Photographe portraitiste et vidéaste raconteur, je situe la personne au cœur de mon imagerie, où la mise en scène et la sculpture par la lumière sont prédominantes. Ne voulant pas demeurer spectateur ou simple témoin d’une scène, je préfère construire des univers hauts en couleurs présentant les images comme fragments d’histoires. Ma pratique portraitiste est fortement inspirée par la création d’ailleurs poétiques et théâtraux qui semblent nous convier à se réfugier pour fuir la morosité du temps social présent. Là où certains artistes cherchent à choquer ou provoquer, je préfère faire rêver. Les mondes que j’évoque donnent à savourer des couleurs, de la lumière et des compositions qui invitent à découvrir ou redécouvrir des thèmes et des propos que nous connaissons autrement. Je privilégie les collaborations avec les danseurs, musiciens et acteurs, car leur présence extra-quotidienne et leur jeu expressif se prêtent naturellement aux mondes oniriques que je crée, et vice-versa.

Au théâtre, j’ai contribué à la création de projections scéniques en vidéo-mapping des productions Ailleurs si on y est (2017), Le coffre du terrain vague (2018), La maison qui nous habite (2019), Fin septembre, début janvier (2019) et Parc-en-ciel (2020).